Connexion    
DOSSIERS THÉMATIQUES FNCAUE
Dossiers Cimetières > Programmation

Programmation


Aménagements funéraires


Deux grandes catégories de tombes à distinguer :

- les tombes en pleine terre avec un aménagement de surface maçonné ou pas;
- les caveaux, préfabriqués monobloc ou en éléments, enterrés, affleurant ou semi-enterrés; accessibles sur le côté ou par le dessus; en béton ou en matériau issu du recyclage (polymère).

Dans un cimetière paysager qui prend la forme d’un parc, les caveaux sont enterrés sous des dalles de gazon réduisant au minimum la place du minéral.

Un espacement de 30 à 50 cm entre les fosses est obligatoire. Celui-ci pourra, en surface, être traité pour éviter une zone délaissée dont l’entretien incombe à la commune.

Deux autres aménagements sont obligatoires :

- le terrain général, espace gratuit de fosses individuelles à destination des personnes ne possédant pas de concessions;
- l’ossuaire, espace technique destiné à recueillir les exhumations des concessions non renouvelées.



Les types de sépultures 

Le terrain commun est la règle en matière d’inhumation, la concession étant l’exception. Il est donc obligatoire pour une durée minimum de 5 ans et doit correspondre à une surface nécessaire à 5 fois le nombre de décès moyen par an.
Les concessions pourront être, selon délibération du conseil municipal, temporaires (de 5 à 15 ans), trentenaires, cinquantenaires ou perpétuelles (il est possible de choisir toutes les durées ou seulement certaines d’entre elles).
Le renouvellement de ces concessions doit être possible sur place, c'est-à-dire pour la durée choisie par la famille sans obligation liée à l’implantation de la sépulture.
Le montant applicable au renouvellement est celui en cours à la date d’échéance du contrat.


 

Espace cinéraire


C’est le lieu spécialement affecté aux cendres et aux urnes.

Celles-ci peuvent être déposées :

- dans une case de columbarium, c'est-à-dire dans un emplacement intégré dans un ouvrage immobilier, spécialement destiné à cet objet et géré par la commune;

- dans une sépulture traditionnelle ou spécialement réservée aux urnes appelée cavurne.

Afin de rendre cet aménagement plus agréable, il est important de prévoir des emplacements pour les fleurs et d’éviter une composition qui évoque l’entassement, les hauts alignements de cases étant peu appréciés.

Les personnes qui désirent disperser les cendres peuvent le faire dans un lieu spécialement affecté à cet effet appelé jardin du souvenir. Il sera prévu sur ce lieu, un dispositif permettant l’inscription de l’identité des défunts. Les cendres peuvent être dispersées mais aussi inhumées. Un carré de pelouse est découpé, la terre creusée puis les cendres sont versées et recouvertes. Si le sol ne peut absorber le volume de cendres déversées, une citerne ou cuve sera mise en place sous le jardin du souvenir.

Le recours à la crémation est en constante progression et concerne aujourd’hui 25 % des décès. La loi du 19 décembre 2008 confère un statut juridique aux cendres.


Le jardin du souvenir, un lieu de recueillement ouvert à tous.

Les communes de 2000 habitants doivent disposer d’un site cinéraire destiné à l’accueil des cendres. Cet espace devra intégrer un équipement mentionnant l’identité des défunts dont les cendres ont été dispersées ainsi qu’un columbarium et/ou des espaces concédés pour l’inhumation des urnes. Chaque crémation est soumise à déclaration de destination de cendres.
Les possibilités de destination après crémation sont :
- le cimetière. Concession (terre, caveau, columbarium) ou jardin du souvenir. Déclaration en mairie du lieu décès (Art L2223-18-2 du CGCT);
- la pleine nature. Dispersion hors de la voie publique. Déclaration en mairie du lieu de naissance (Art L2223-18-3 du CGCT)

Il n’est donc plus possible de conserver une urne à domicile.

 

Équipements et services


Suivant l’importance du cimetière, différents bâtiments et fonctions peuvent être introduits dans le cimetière :

- un bâtiment d’accueil, un logement pour le gardien, des sanitaires… Ils seront traités en harmonie avec la clôture du cimetière pour créer un ensemble architectural cohérent;
- des points d’eau, des poubelles et un compost. Un soin particulier sera apporté à ceux-ci pour qu’ils soient en nombre suffisant en des points facilement identifiables, mais en retrait des lieux de recueillement;
- du mobilier et de l’éclairage public pour agrémenter les circulations selon sa fréquentation;
- une zone destinée aux professionnels pour le stockage de matériaux, terre, monuments en attente de repose.

Le bâtiment d’accueil dans la continuité du traitement de la clôture.


© Joseph Rigot, Céline Eyraud - Vademecum "Construire le cimetière de demain", éd. Patrimoine Rhônalpin, URCAUE Rhône-Alpes, M&G Editions, 2010


→ Haut de page

  Envoyer cet article

Réseaux sociaux

Contactez-nous

Adresse :

CAUE Rhône Métropole
6bis, quai Saint-Vincent
69283 Lyon cedex 01

Tel : 04 72 07 44 55

Fax : 04 72 07 44 59


Formulaire de contact