Connexion    
Voir toutes les :Stages
Usages, confort, énergies : comment transformer le pavillon ordinaire du XXe siècle ?

 

Usages, confort, énergies : comment transformer le pavillon ordinaire du XXe siècle ?

 
  15 & 16 mars 2018
au CAUE Rhône Métropole
 
  Dans une étude parue en 2017, le Club de l’Amélioration de l’Habitat révèle que les travaux de rénovation commandés par les particuliers, propriétaires et locataires, s’élèvent à près de 61 milliards d’euros annuels. Mais avec seulement 4 milliards d’euros de travaux déclarés en commande privée dans le logement individuel et collectif, les architectes captent moins de 7% du total des rénovations réalisées par les particuliers.

 


 

Au regard de ces faibles parts, il est important que la profession développe une offre davantage visible et se place comme un acteur décisif pour assurer toutes les phases de développement du projet de transformation - du diagnostic à la direction des travaux, et pour garantir une intervention globale adaptée à l’existant, aux usages des habitants comme aux performances visées. Avec le nouveau budget de 14 milliards d’euros sur cinq ans attribué en novembre dernier au nouveau plan de rénovation énergétique, d’importantes marges de progression s'ouvrent aux architectes pour intégrer pleinement ce marché au fort potentiel de croissance.

La formation "Usages, énergie, conforts : comment transformer le pavillon ordinaire du XXe siècle ?" invite la maîtrise d'œuvre à s'y investir, en mettant en évidence les atouts dont elle dispose en termes de démarche de projet capable d'intégrer - au-delà de la performance énergétique – les questions de transformation de l'existant, d'usages et de confort de l'habitat.  

La session des 15 et 16 mars sera précédée d'une réunion d'information le vendredi 9 février 18h30 au CAUE ayant pour objet :

- une présentation de la formation par les intervenants ;
- une présentation du dispositif Ecoréno'v / ALEC / Métropole de Lyon mettant en évidence l'argumentaire d'aide financière appropriable par les architectes ;
- un échange avec les personnes intéressées pour mieux cerner leurs attentes, et sans engagement sur leur éventuelle inscription ;
- conclusion et pot de l'amitié.

Au plaisir de vous y retrouver !

 
 

 

 

Dans la banlieue industrielle de Lyon, le développement urbain des deux après-guerres révèle un important essor pavillonnaire, sous forme diffuse comme de façon plus structurée (lotissement, cité-jardin, etc.). Ces constructions ordinaires bâties entre 1930 et 1970 constituent encore aujourd’hui une part importante du parc de maisons individuelles (environ 1/3 sur l’agglomération lyonnaise) et forment donc un levier non négligeable dans la recherche d’économies d’énergie et d’adaptation climatique.

Leur construction est caractérisée par le maintien de certaines techniques artisanales combinées à l’émergence de l’industrialisation et de la normalisation du bâtiment. Sans préjuger des transformations du bâti d’origine, ce contexte induit d’emblée une certaine diversité des systèmes constructifs et de leurs matériaux : structure massive, ossature légère, composite ; bétons de gravier, de mâchefers, de vermiculite, parpaing de
ciment, bois / acier, etc. Cet éventail technique influence le comportement thermique de la construction et interroge sur l’opportunité d’une solution technique de référence (ou « universelle »). Même si ces maisons prennent généralement en compte une économie de moyens (systèmes constructifs,
surfaces habitables), elles échappent de fait aux économies d’énergie des premières réglementations thermiques liées au choc pétrolier de 1973. Les gains énergétiques potentiels de toute intervention contemporaine sur ce parc peuvent donc être significatifs.

Au-delà du diagnostic énergétique et de l’objectif performantiel, le chantier de rénovation thermique de cet habitat engage une réflexion plus large sur l’amélioration de ses qualités spatiales et d’ambiances, son rapport aux espaces extérieurs, ses pathologies constructives. La compréhension des usages de la maison et des attentes de ses habitants contribue ainsi à la
définition du programme de travaux. De même, son analyse architecturale est tout aussi décisive pour comprendre les phénomènes physiques résultant de son système constructif et de son enveloppe, comme pour évaluer l’attitude à adopter quant à la préservation de son écriture initiale ou au contraire du projet d’une expression nouvelle.

La formation s’appuiera sur ces spécificités pour montrer comment des stratégies d’intervention multicritères associant prise en compte de l’existant et amélioration thermique permettent de valoriser ce patrimoine familial tout en l’inscrivant dans une démarche éco-citoyenne plus vaste.

Stage organisé avec le soutien du ministère de la Culture et du réseau
Espaces Info-Énergie Auvergne-Rhône-Alpes.


> Programme et bulletin d'inscription

Thème :
évolution de la maison individuelle 1930-1970,
économies d’énergie

Objectifs :
− comprendre le contexte et les enjeux de l’amélioration
thermique du parc de maisons individuelles
antérieur aux premières réglementations thermiques
− reconnaître les différentes typologies constructives
et leurs particularités
− acquérir une méthode de diagnostic global
visant la transformation du bâti
− définir avec le maître d’ouvrage un programme
et un budget capables d’associer nouveaux usages,
niveaux de confort attendus et objectifs énergétiques,
tout en préservant les qualités architecturales de l’existant
− appréhender le fonctionnement thermique de ce type
d’habitat et identifier les matériaux adaptés et leurs
mises en oeuvre, particulièrement les isolants au regard
des problématiques d’inertie et de transferts d’humidité
− adapter le projet aux contraintes techniques
et réglementaires
− pouvoir se référer à des opérations réussies

Compétences visées : expert

Outils pédagogiques :
− cours avec supports vidéo-projetés
− analyses de cas réels
− retours d’expérience
− exercices d’application
− échanges entre les participants

Modalités d’évaluation :
− mises en application par des exercices en groupe
sur des exemples concrets
− quizz initial et final
− questionnaire d’évaluation de la formation

Public :
architectes, bureaux d’études techniques,
entreprises du bâtiment

Pré-requis :
connaître les bases de la thermique du bâtiment
et justifier d’une activité en lien avec la rénovation
énergétique de l’existant

Catégories :
− adaptation et développement des compétences
− acquisition, entretien, perfectionnement des connaissances
− développement durable et transition énergétique

Durée : 2 jours, soit 14 heures, les 15 et 16 mars 2018

Coût : 500 € non assujettis à la TVA 
     
 

  
Maison jumelée en mâchefers sur soubassement en béton de gravier, autoconstruction Castor, Lyon 69005

 

 

 

 

Projet Type Favier architecte, homologué par le ministère de la construction et  du logement (1958)

Réseaux sociaux

Contactez-nous

Adresse :

CAUE Rhône Métropole
6bis, quai Saint-Vincent
69283 Lyon cedex 01

Tel : 04 72 07 44 55

Fax : 04 72 07 44 59


Formulaire de contact